Rencontre exceptionnelle le mercredi 6 juin 2018 à Lyon autour d’une femme exceptionnelle, Anne Nivat, considérée comme l’une de nos plus grandes journalistes.

Les jeunes citoyens d’Or de l’Ecole Buissonnière de Lyon voulaient recevoir un grand journaliste ancré dans le réel, une personnalité discrète mais combative qui avait réussi par ses propres moyens. Grand reporter et reporter de guerre mondialement reconnue, Anne Nivat réunissait tous ces critères.

Inscription gratuite mais obligatoire ici :

Propulsé par HelloAsso

Qui est Anne Nivat ?

Anne Nivat est grand reporter indépendant et écrivain.

En 1969, elle a la chance de naître dans un environnement familial stimulant puisqu’elle est la fille de Georges Nivat, universitaire spécialiste de la Russie et traducteur des plus grands auteurs russes.

Quand elle débute sa carrière de journaliste à Globe Hebdo et Skyrock, elle a une parfaite connaissance de l’Europe de l’Est. En 1996, elle obtient un doctorat en Science politique de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Son sujet de thèse : « Médias et pouvoir politique en Russie (1985-1994) ». En 1996-1997, elle est titulaire d’une bourse Fulbright à Harvard, aux États-Unis. Elle sera ensuite correspondante du journal La Croix en République tchèque et en Slovaquie.

Anne est une spécialiste reconnue de la Russie où elle habitera pendant 10 ans (jusqu’en 2006). Après avoir été correspondante en 1998 à Moscou pour Libération, à partir de 1999, elle passe son temps à arpenter, en toute indépendance, des pays en guerre – Tchétchénie, Afghanistan, Irak – où l’on ne donne jamais la parole à la population locale. Ne logeant que chez l’habitant, quel qu’il soit, habillée de façon à se fondre dans la population locale, prenant son temps, Anne Nivat revendique le « droit à la lenteur » et le reportage « à l’ancienne », ne jurant que par l’expérience directe, qu’elle racontera ensuite dans ses livres.

Des moments « délicats », Anne en connaîtra plus d’un. Ainsi, le 12 février 2000, elle est arrêtée par les Forces Spéciales russes et mise au secret. Son tort ? Vivre depuis plusieurs mois déguisée en paysanne dans une famille de rebelles tchétchènes, des « boïvikis », et transmettre par téléphone satellite au journal Libération, dont elle est alors l’envoyée spéciale, des articles « anti-Russes » depuis la ville de Novye Atagui où, comme la loi l’exige, elle aurait dû se faire officiellement connaître. Cinq jours plus tard, elle sera heureusement libérée…

En juillet 2000, elle n’a que 31 ans lorsqu’elle reçoit le prestigieux Prix Albert-Londres de la presse écrite. Elle est récompensée pour ses reportages sur la guerre en Tchétchénie entre septembre 1999 et février 2000. Ce prix récompense également ses correspondances de Moscou, et son livre Quand les médias russes ont pris la parole (L’Harmattan,1997). Ses reportages en Tchétchénie donneront lieu à un nouveau livre, Chienne de guerre.

Depuis le 11 septembre 2001, Anne Nivat sillonne en toute indépendance les terrains les plus violents de la planète. En Tchétchénie, en Afghanistan, au Pakistan, elle continue de travailler à sa façon : en donnant la parole à ceux qui ne l’ont pas et en revendiquant le droit à la lenteur et à la complexité, en refusant la précipitation, les stéréotypes et la course au scoop.

Le 4 octobre 2004, dans les studios de RMC, Anne Nivat est l’invitée de Jean-Jacques Bourdin pour son livre Lendemains de guerre qui raconte son expérience de journaliste en Afghanistan et en Irak. Il dira plus tard d’elle : « Sa manière personnelle de pratiquer le métier m’impressionne. Elle part seule, vit seule, couche chez l’habitant, se déplace en taxi collectif. Je suis bluffé et tombe sous le charme. » Anne est alors en instance de divorce, Jean-Jacques vit séparé. Ils décident de se retrouver le lendemain, puis elle regagne la Russie. Entre ses déplacements au Pakistan, en Afghanistan, en Irak ou en Sibérie, les amoureux parviennent à se voir environ… une fois par trimestre ! Depuis l’été 2005, ils vivent ensemble, et leur fils Louis est né en novembre de l’année suivante.

Anne Nivat est depuis 2004 envoyée spéciale pour Le Point. Elle collabore à l’International Herald Tribune, au New York Times et au Washington Post. Depuis 2010, elle enseigne également en Master de journalisme à l’Académie du journalisme et des médias (AJM) à l’université de Neuchâtel.

En avril 2014, elle rejoint l’équipe de l’émission Le Grand Journal de Canal+, une expérience qui durera trois mois, jusqu’à la fin de la première saison avec Antoine de Caunes.

Elle porte pour la première fois son regard sur l’Hexagone à travers Dans quelle France on vit (Fayard, 2017), un livre d’enquêtes menées en France depuis la rentrée 2015 : une immersion dans 6 villes de France auprès de Français chez qui elle a vécu durant plusieurs semaines. Qui sont ces Français « oubliés » accusés parfois de « mal voter » et qu’on ne va jamais rencontrer ? Ce récit, dénué de préjugés, a été recueilli par la journaliste sans hâte, sans tabou, avec honnêteté, respect et minutie.

Anne Nivat a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Algérienne, en collaboration avec Louisette Ighilahriz (Fayard, 2001), La Guerre qui n’aura pas eu lieu (Fayard, 2004) ; Lendemains de guerre (Fayard, 2004), Islamistes : comment ils nous voient (Fayard, 2006) et Par les monts et les plaines d’Asie centrale (Fayard, 2006).

Le 15 mars 2018, elle publie aux Editions du Seuil un nouveau livre intitulé Un Continent Derrière Poutine ? en écho à un film qu’elle réalise avec Fabrice Pierrot et Tony Casabianca pour France 5 (Troisième Œil Productions).

L’audition publique

Anne Nivat sera à Lyon le 6 juin 2018 pour venir partager les raisons de ses choix avec le jeunes volontaires de l’école buissonnière de Lyon. Le principe de ce moment est simple : répondre aux questions de ces jeunes qui se sont plongés dans son parcours de vie pendant plusieurs semaines, leur répondre avec des mots simples et authentiques car exclusivement nourris de son expérience de vie, et leur permettre de mieux comprendre comment elle a pu devenir pleinement actrice de sa vie et pleinement actrice de la société.

Détails pratiques

Date : mercredi 6 juin 2018

Lieu : Centre social Quartier Vitalité – La Condition des Soies
7 rue Saint-Polycarpe, 69001 Lyon

Métro le plus proche : Métro A (station Hôtel de Ville)

Inscription gratuite mais obligatoire ici :

Propulsé par HelloAsso

Les auditions publiques, des moments d’une rare vérité pour poser la question de ce que signifie être acteurs de nos vies et de la société. 

PARTAGER / SUIVRE

RSS
Facebook
Twitter
YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *