Les Cités d’Or, c’est aussi un projet pédagogique, indissociable du projet civique : permettre à chacun de devenir plus pleinement acteur de sa vie (autonomie) et de la société (envie et pouvoir d’agir) en étant simultanément enseigné ET enseignant.

Principes pédagogiques

  • L’inclusion par l’humain : Que faire sans projet de vie auquel donner corps ? Cette question a poussé les Cités d’Or à élaborer, puis à affiner progressivement une méthode efficace fondée sur les questions de sens et d’identité : l’inclusion par l’humain.
  • Faire “avec” plutôt que faire “pour” : Fidèles aux principes de base de l’éducation populaire, nous partons des apprenants, de leurs enjeux, de leurs difficultés et de leurs aspirations afin qu’ils deviennent pleinement acteurs de leur propre développement.
  • Cultiver une double approche individuelle et collective : Parce que la société nous impacte autant qu’elle est le reflet de décisions individuelles, notre approche pédagogique consiste à constamment interroger nos choix de vie à la lumière de nos choix de société, et réciproquement.
  • Tous enseignés ET enseignants : S’adresser à des adultes, mêmes jeunes, surtout s’ils portent une expérience formative traumatisante (parcours chaotique souvent marqué par l’échec scolaire), implique une approche particulière, qui ne peut en aucun cas se résumer à une relation pédagogique à sens unique entre le formateur et la personne formée. Conformément aux préconisations de l’UNESCO (Déclaration de Nairobi, 1976) : « en vertu de son expérience vécue, [l’adulte] est porteur d’une culture qui lui permet d’être simultanément l’enseignant et l’enseigné dans le processus éducatif auquel il participe. Les relations entre l’adulte en formation et l’éducateur doivent s’établir sur la base du respect mutuel et de la coopération ». Cette posture est d’autant plus justifiée dans le cadre des Cités d’Or, puisque que les compétences ciblées (qui relèvent de compétences humaines et civiques fondamentales) permettent à la personne formée de prendre toute sa place dans le processus pédagogique.

Des compétences humaines et civiques fondamentales

Nous avons choisi de structurer l’ensemble de nos programmes autour de l’exploration et du renforcement de 5 compétences humaines et civiques fondamentales.

Cette expression recouvre les savoirs, savoir-faire, savoir-être et savoir-devenir dont toute personne a aujourd’hui besoin pour être pleinement actrice de sa vie (personnelle, professionnelle, sociale…) et pour prendre la place qui lui revient dans la construction de la société de demain.

  • Convaincre sans manipuler : Argumenter un point de vue tout en restant à l’écoute de l’autre, revisiter ses évidences et ses valeurs, entrer dans un débat.
  • Trouver l’info, échapper à l’intox : S’informer à travers des sources fiables et pertinentes par rapport à ses besoins, développer son esprit critique et sa capacité d’analyse et de raisonnement.
  • Se connaître et s’accepter : Gagner en confiance en soi et en conscience de soi, dépasser ses inhibitions et ses peurs, explorer ses valeurs, avoir conscience de l’image que l’on renvoie aux autres.
  • Entretenir et enrichir son environnement humain : Tisser du lien, cultiver et développer son réseau, dépasser l’entre soi (social, cultuel, générationnel…).
  • Comprendre le fonctionnement de son environnement : Distinguer les enjeux sans les déconnecter, et les relier sans les confondre, se familiariser avec les principaux acteurs, espaces et enjeux du monde, entrer dans une pensée complexe.

L’enracinement plutôt que l’insertion

Les Cités d’Or visent à apporter des réponses originales à un double enjeu aujourd’hui majeur : l’autonomie des personnes et le développement de l’envie – et du pouvoir – d’agir.

En effet, depuis des décennies, les politiques publiques et les actions du monde associatif se sont largement focalisées sur l’insertion économique comme préalable à l’insertion sociale. Or une telle vision, évidemment indispensable dans une période de chômage de masse, comporte au moins deux “angles morts” :

  • D’une part, elle implique la transmission de compétences directement orientées vers la vie professionnelle. Or ce qui manque souvent aux personnes, ce sont des compétences bien plus générales et fondamentales, mobilisables dans toutes les dimensions de leur vie. Bref, l’objectif d’autonomisation des personnes est rarement atteint.
  • D’autre part, ces efforts d’insertion économique débouchent sur des emplois rarement valorisants et rarement épanouissants. Or l’une des clés d’une insertion sociale durable réside dans une confiance en soi et une estime de soi restaurées. D’où des phénomènes massifs de décrochage après le retour à l’emploi, ou de souffrance et d’insatisfaction au travail.

Pour approfondir le sujet, nous vous invitons à visionner la conférence TEDx de Karim Mahmoud-Vintam, cofondateur et délégué général des Cités d’Or. Son titre : « L’enracinement plutôt que l’insertion ».

« Travailler avec des adultes, même jeunes, c’est les considérer à la fois comme enseignés et enseignants dans le processus pédagogique. »
Karim, délégué général

PARTAGER / SUIVRE